Accueil

LE QUAD

A l'origine destiné principalement aux travaux agricoles et forestiers, le Quad a évolué vers une gamme de véhicules de loisirs très prisée par le grand public pour sa maniabilité et son côté fun. Le marché évolue positivement vers la vente majoritaire de véhicules de randonnée, alors que jusqu'en 2008 les modèles sportifs de Quad tiennent encore une place importante. C'est en 1950 que fut créé les premiers modèles ils avaient six roues.


Sommaire

Les différents types de quad


L'équipement du pilote

L'usage du casque est obligatoire pour la pratique du quad comme dans bon nombre de sports mécaniques. Il protège la tête du pilote en cas de lourde chute. Le principal avantage d'un casque de cross par rapport au casque intégral est sa légéreté, il est plus agréable à porter et permet au pilote d'effectuer plus facilement des mouvements de la tête.

Les lunettes ou masque de cross protègent les yeux et le visage du pilote des différents projectiles qu'il peut rencontrer sur la piste (boue,poussière,gravier etc...)

Le maillot est un accessoire de confort pour le pilote, il protège tout particulièrement le haut du corps contre les saletés

Le gilet protecteur combine les avantages du maillot et de la dorsale qui a pour rôle de protéger le dos et le torse du pilote. Cet équipement dispose également de protège-coudes ainsi que des épaulières renforcées.

Le pantalon protège le bas du corps, sa doublure renforcée garde le pilote au chaud et au sec. L'intérieur du pantalon étant renforcé il protège également en cas de chute.

Les bottes ont les mêmes fonctions que le pantalon mais pour les pieds. Evidemment cet équipement est assez lourd mais garantit une sécurité optimale car les pieds peuvent faciment glisser du repose-pieds.

Une bonne paire de gants protège les mains du froid, de l'humiditée et des saletés. Ils protègent également les mains d'éventuelles brûlures en cas de chute.


Un moteur comment ça marche ?

Les cycles du moteur 4 temps :
1: admission
2: compression
3: combustion
4: échappement.

1.Admission d'un mélange d'air et de carburant pulvérisé, préalablement mélangé et préparé par divers composants (carburateur ou système d'injection indirecte) : ouverture de la (des) soupape(s) d'admission et descente du piston, ce dernier aspire ce mélange dans le cylindre à une pression de 100 à 300 mbars (moteur non-suralimentés dits "atmosphériques") à 2500 mbars environ pour un moteur suralimenté d'automobile de série (exprimé en pression absolue).
2.Compression du mélange : fermeture de la soupape d'admission, puis remontée du piston qui comprime le mélange jusqu'à 30 bars et 400 à 500 °C dans la chambre de combustion ;
3.Combustion et détente aux environs du point mort haut (PMH): moment auquel le piston atteint son point culminant et auquel la compression est au maximum ; la bougie d'allumage, connectée à un système d'allumage haute tension, produit une étincelle quelques dégrés avant le PMH; la combustion initiée qui s'ensuit constitue le temps moteur ; les gaz chauds à une pression de 40 à 60 bars repoussent le piston, initiant le mouvement ;
4.Échappement : ouverture de la soupape d'échappement et remontée du piston qui chasse les gaz brûlés détendus dans le collecteur d'échappement. un nouveau cycle commence en 1.

Les cycles du moteur 2 temps :
1.compression
2.admission

1.compression, combustion, détente puis échappement avec transfert du mélange combustible frais par la fenêtre de transfert
2.admission et compression du mélange dans la partie basse du moteur.

Les différentes étapes sont les suivantes :

Le piston (5) est au point mort haut. La bougie déclenche la combustion et le piston descend en comprimant en même temps le mélange présent dans le carter (4), sous le piston. C'est la partie motrice du cycle, le reste du parcours sera dû à l'inertie créée par cette détente. Cette étape est la détente. Lors de cette descente du piston, l'entrée (6) du mélange dans le carter se ferme. Arrivé à proximité point mort bas (image « Admission et échappement »), le piston débouche les lumières d'échappement (2) et d'arrivée de mélange dans le cylindre (3) : le mélange en pénétrant dans le cylindre chasse les gaz de la combustion (zone 1 de l'image). Il s'agit de l'étape d'admission - échappement. En remontant (image « Compression »), le piston compresse le mélange dans le cylindre. Au passage, il rebouche l'échappement (2) et l'entrée de mélange dans le cylindre (3), tout en créant une dépression dans le carter (4) qui va permettre l'arrivée du mélange air-essence par le conduit d'arrivée (6) dont l'entrée a été libérée par la position du piston proche du point mort haut. Cette étape est celle de « compression ». Une fois arrivé à nouveau au point mort haut, le cycle peut recommencer à partir du premier point.


Mes adaptations Handisport

Personnellement pour la pratique de ce sport je n'ai pas besoin d'adaptation particulière excepté un sélecteur de vitesse rallongé de quelques centimètres.


Mes Quads

Suzuki LTZ 50

Ce fut mon premier quad lorsque j'avais 7ans, ce quad était fiable, maniable et agréable à piloter

Le yamaha 250 raptor annnée 2009

Ce quad est taillé pour la compétition, équipé d'un moteur de 250 cm mono cylindre alliant nervosité et légèreté. Il est parfait pour se détendre après une rude journée de travail.


Mes terrains de jeux préférés

Il est très agréable de rouler sur ce type de terrain, il faut savoir anticiper et réagir au bon moment, La vitesse ne compte pas vraiment, il faut plutôt une bonne technique de pilotage et regarder où on pose ses roues.

Les lignes droites permettent de pousser le moteur et de sentir le vent sous son casque


Liens utiles

Cliquez sur les images pour accéder aux sites officielle contructeurs et pour plus de renseignements sur le moteur à explosion (lien wikipedia).

                                             
CSS Valide !                Valid XHTML 1.0 Strict
Accueil